Thibaud Elzière : un serial-entrepreneur

S’il y a des personnes dont la destinée est de devenir entrepreneur, Thibaud Elzière en est sûrement. Cet ingénieur de formation est un véritable entrepreneur en série. De petites boites à de grands succès comme Fotolia, le monde de l’entrepreneuriat ne connait pas de secrets pour lui.

 

Thibaut Elzière : un ingénieur de formation intéressé par l’entrepreneuriat

Thibaut Elzière est né dans un petit village du sud de la France, dans les Alpilles. À l’âge de 18 ans, il monte en ville pour faire une classe préparatoire. Il intègre l’école Centrale de Lyon pour suivre une formation d’ingénieur. Autant il s’était amusé et épanoui au sein de la classe préparatoire, autant il s’ennuie au sein de l’École d’ingénieur. Les formations pratiques au sein des laboratoires de résistance de matériaux, etc. ne l’intéressaient pas vraiment. Il commence à réaliser que la perspective d’avoir un métier d’ingénieur et de travailler pour l’industrie automobile, par exemple, ne l’intéressait pas beaucoup.

 

En parallèle avec ses études d’ingénieur, il suivait des études en sciences économiques au sein de l’Université Lyon Lumière. Il découvre ainsi petit à petit les potentialités de l’entrepreneuriat. Grâce à des amis, il a aussi pu assister à certains cours de l’école de commerce de Lyon. Il a ainsi épaulé des amis dans leurs projets de créations d’entreprises. Il a ainsi constaté que lors des études de marché, il fallait faire un sondage sur 1000 personnes. Il recherchait un moyen d’automatiser cette fonctionnalité. Dans son école d’ingénieur, Thibaud Elzière a appris à coder. Il a ainsi pu mettre en place un programme qui permettait d’envoyer un formulaire de questionnaires à plusieurs étudiants en même temps. En moins de 10 minutes, il a eu 450 réponses.

 

Il pense trouver là un potentiel à exploiter. Il fit alors la demande auprès de son Université s’il était possible d’aménager son emploi du temps pour qu’il puisse se consacrer à la création de son entreprise. La réponse était un non catégorique. Cette première idée n’a pas abouti, mais le travail qu’il a entrepris lui servira plus tard pour l’élaboration de ces futures idées d’entreprises. Pour réaliser son codage, il a pris un «?raccourci?». Il a créé un site «?monsosie.com?» qui permettait aux gens de rentrer leurs données exactes ainsi que des photos pour rechercher leurs sosies. Lancé sur l’intranet de l’Université, le site a connu un succès puisqu’il a pu enregistrer 50?000 utilisateurs, ce qui était assez conséquent pour l’époque (début des années 2000).

Thibaud Elzière : le départ pour l’Allemagne et les prémices de Fotolia

Las de l’école d’ingénieurs et désireux d’explorer d’autres horizons Thibaud Elzière quitte la France pour terminer ses études en Allemagne. Il intègre l’école technique de Berlin où il pouvait choisir d’étudier les matières qui l’intéressaient vraiment. Pour obtenir son diplôme, il devait faire un stage de fin d’études. Désireux de rester en Allemagne, il a fait un stage chez Total. L’idée de monter sa propre entreprise ne le quittait pourtant pas. Il a eu la chance de tomber sur un maitre de stage compréhensif qui lui permettait de coder sur un ordinateur de Total. Il a pu ainsi consacrer du temps pour commencer le prototype de son site.

 

Thibaud Elzière devrait pourtant remettre à plus tard ses idées d’entreprise. Ses parents souhaitent qu’il se prenne en main en trouvant du travail et ils décident de ne plus lui envoyer de l’argent. Trouver un travail est ainsi plus urgent que de fonder une entreprise. Après avoir passé en Belgique, il remonte à Paris où il a trouvé un travail en CDI auprès d’un cabinet de consulting. Ce n’était pas vraiment le boulot de rêve pour lui. L’idée de monter sa propre affaire ne le quittait plus. Il a mis en place son business plan et l’avait imprimé sur l’imprimante de son travail. Il avait laissé son business plan dans l’imprimante et son employeur l’a découvert ! Ce dernier a alors estimait qu’il était préférable qu’ils arrêtent là leur collaboration. Il en était à son troisième jour de travail. Il obtient une solde de tout compte de 1000 euros. Nous sommes actuellement en 2004.

Avec 1000 euros en poche, sans emploi et surtout sans ordinateur personnel, Thibaud Elzière décide de se consacrer entièrement à son entreprise. Il a aussi revendu monsosie.com pour la somme de 3000 euros. Il voulait monter Fotolia en SARL, mais il lui manquait des fonds. Pour réunir la somme qu’il lui fallait pour monter sa SARL il a fait appel à l’aide des amis de ses parents. Il a ainsi pu réunir 15?000 euros. L’aventure Fotolia est bien partie.

Thibaud Elzière : de Fotolia à Zilok

La création de Fotolia n’a pas été chose facile. Déjà le concept, encore innovant en France, faisait l’objet de réticences de la part de beaucoup de monde. En Europe et en France en particulier, la photo était considérée comme de l’art… personne ne croyait au concept. Trouver des investisseurs n’a pas toujours était chose facile. Thibaud Elzière a pourtant réussi à convaincre Amen, qui a décidé d’investir 250?000 euros au sein de l’entreprise. Thibaud Elzière a ainsi réussi à racheter les parts des amis de ses parents et à conserver 1/3 du capital pour lui. Il a ainsi pu dégager un salaire décent de 2500 euros.

 

Fotolia n’avait pas encore son envergure actuelle. Pour cela, il faudra attendre l’entrée d’Oleg Tscheltzoff dans l’aventure. Cet entrepreneur invétéré a aidé Thibaud Elzière à internationaliser Fotolia et à en faire la société qu’elle est aujourd’hui. Pour augmenter sa valeur, Oleg Tscheltzoff a réussi à faire revendre 3 fois Fotolia. La start-up de Thibaud Elzière a été rachetée par Adobe en 2015. Alors que Fotolia noue ave le succès, Thibaud Elzière met en place Zilok, une sorte de l’e-bay du digital où tout le monde pouvait louer n’importe quoi. Il montera l’affaire avec deux associés. Deux ans après la création de la start-up, Thibaud Elzière vend ses parts. Plus tard, Zilok deviendra OuiCar et sera revendu à la SNCF.

EFounders pour canaliser ses idées d’entreprise

De toutes ses aventures entrepreneuriales, Thibaud Elzière a retenu une chose : il aime la conception de l’entreprise et sa mise en place, mais le fait de la diriger à plein temps ne l’intéresse pas. Pourtant, ce ne sont pas les idées d’entreprises qui lui manquent. En 2011, il s’associe avec Quentin Nickmans pour créer eFounders, une start-up studio. Les deux associés trouvaient des entrepreneurs intéressés par leurs idées d’entreprises et collaborent avec eux pour monter la start-up. Au départ, les entrepreneurs étaient propriétaires de 50 % de l’entreprise finale. Actuellement le modèle était revu à 2/3 pour les entrepreneurs et 1/3 pour eFounders. Les premières entreprises sorties de la «?boite à idées?» de Thibaud Elzière sont Mailjet, Texmaster, etc.

 

Thibaud Elzière
 
Créateur et Fondateur Fotolia, eFounders
Fortune personnelle 140 millions d’euros
Recevez notre Lettre de nouvelles
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )
Recevez régulièrement une alerte sur les nouvelles histoires de réussite grâce à Internet. Découvrez les parcours des créateurs, quelles sont les clés de leur succès, leur galère mais aussi leur défi et leur vision.
Nous n'aimons pas les spam. Votre adresse e-mail ne sera ni vendu ni loué.

Vous aimerez aussi...