Oleg Tscheltzoff, un entrepreneur à succès

Legende

Oleg Tscheltzoff est l’un de ces entrepreneurs à succès qui façonnent le visage d’internet en France. Tout ce qu’il touche se transforme en or et apporte une véritable plus-value dans le monde du digital. Retour sur son incroyable success-story.

Oleg Tscheltzoff : son parcours

Oleg Tscheltzoff a fait des études d’ingénieur au sein de la HEC. Après avoir obtenu son MBA, il a été embauché par L’Oréal pour le poste de chef de produit. Il avait un bon travail, mais il n’arrivait pas à s’épanouir complètement. Il se rend compte que sa vocation n’est pas de rester travailler au sein d’un groupe d’envergure internationale.

 

Il a alors quitté son poste pour se lancer dans la production de spectacles dans les pays de l’Est. Il a contribué entre autres à lancer Patricia Kaas en Russie. Il est resté dans ce pays pour créer une entreprise dans la télécommunication. Il revendra cette entreprise plus tard, afin de pouvoir retourner en France et continuer son aventure entrepreneuriale au sein de l’Hexagone.

 

Oleg Tscheltzoff a toujours rêvé de liberté. Il voulait toujours rester libre de ses choix et de ses actions. C’est pour cette raison qu’il voulait se lancer dans l’entrepreneuriat. Il pense aussi qu’en devenant entrepreneur, il pourra davantage changer le cours des choses. De retour en France, il décide ainsi de monter une boite avec son meilleur ami.

Oleg Tscheltzoff à la conquête du web

En 1999, Oleg Tscheltzoff trouve en la loi de dé-régularisation des noms de domaines une opportunité à saisir. Avec son meilleur ami, il fonde Amen, une entreprise d’hébergement de sites internet ainsi qu’un bureau d’enregistrement des noms de domaine d’origine française. Son public cible était, dans un premier temps, les particuliers et les professionnels. L’entreprise étend ensuite ses offres aux entreprises. L’objectif d’Amen est de développer des offres bon marché pour démocratiser internet.

 

Le succès est vite au rendez-vous et les clients affluaient. En 2003, VIA Net.Works, une société américaine cotée en bourses rachète Amen pour 7 millions d’Euros. Deux ans après, Amen est racheté par Claranet pour 7,7 millions d’euros. L’œuvre d’Oleg Tscheltzoff augmente sans cesse de valeurs au fil des années. En juillet 2008, le groupe italien Dada, l’un des leaders mondiaux en matière de domaines de communautés et de divertissement pour le web et les mobiles fait l’acquisition d’Amen. Le montant de cette cessation s’élevait à 17,5 millions d’euros.

Oleg Tscheltzoff : le succès de Fotolia

Fort de son premier succès, Oleg Tscheltzoff souhaite continuer son aventure entrepreneuriale. Un ancien collaborateur d’Amen, Thibaud Elzière, le contacte pour l’aider à financer son projet de création d’une banque d’images d’un nouveau genre. Oleg Tscheltzoff ne doute pas des potentialités de ce projet et décide de s’associer avec le jeune entrepreneur pour l’aider à finaliser et à développer son projet. Ainsi est née Fotolia, une banque d’images alternative, moins coûteuses que les banques d’images traditionnelles déjà présentes sur le marché.

Oleg et son associé ont en effet découvert que les demandes en matière de contenus visuels de bonne qualité sont nombreuses, et se positionner sur ce marché à des prix compétitifs permettrait de gagner beaucoup d’argent. Ils étaient pourtant les seuls à croire en ce projet. La plupart des associés d’Oleg sont sceptiques. Beaucoup ont pensé que le site ne décollera jamais et que le mieux était d’arrêter.

Persévérant de nature, Oleg Tscheltzoff n’abandonne pas et continue à tout mettre en œuvre pour attirer la clientèle. Grâce au système du bouche-à-oreille, les clients affluaient sur le site. De leur côté, quand les photographes professionnels ont découvert qu’ils pouvaient gagner de l’argent grâce au volume de ventes généré par leurs photos, ils n’hésitaient pas à proposer plusieurs de leurs photos chez Fotolia. Cela vient augmenter la base de données de Fotolia et l’aide à se positionner comme leader.

Oleg met tout en œuvre pour faire de Fotolia est la banque d’images leader sur le marché européen. Le site fonctionne si bien que plusieurs investisseurs s’y intéressent. Oleg et son associé arrivent à revendre Fotolia 3 fois pour à chaque fois des sommes assez importantes. Actuellement, Fotolia a été racheté par Adobe.

Oleg Tscheltzoff devient Business Angel pour aider les autres

Oleg Tscheltzoff est actuellement un entrepreneur à succès et décide de venir à son tour en aide aux autres. Quand il a débuté dans les affaires, il a eu du mal à trouver du financement, car aucun fonds n’était là pour l’aider à concrétiser ses projets. Faute d’argent, il n’a pas réussi à concrétiser toutes ces idées. Il pense que beaucoup d’entrepreneurs se trouvent actuellement dans cette situation. Il a ainsi décidé de devenir Business Angel et de placer de l’argent dans les jeunes entreprises qu’il juge prometteuses.

Oleg Tcheltzoff est l’un des business angels les plus actifs de l’écosystème FrenchTech. Il est même placé en 2e place des business angels européens les plus actifs. Il investit dans plusieurs start-ups de la tech françaises comme Doctrine, Payfit, Aircall, StarOfService, Simplified, Girptic ou encore 90 Seconds et Talent.io. Il a aussi des parts au sein d’eFounders, le start-up studio mis en place par son associé de Fotolia, Thibaud Elzière.

Oleg Tscheltzoff
 
Créateur et Fondateur Fotolia, Amen
Fortune personnelle 140 millions de dollars
Recevez notre Lettre de nouvelles
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )
Recevez régulièrement une alerte sur les nouvelles histoires de réussite grâce à Internet. Découvrez les parcours des créateurs, quelles sont les clés de leur succès, leur galère mais aussi leur défi et leur vision.
Nous n'aimons pas les spam. Votre adresse e-mail ne sera ni vendu ni loué.

Vous aimerez aussi...